Bejaia : des salafistes agressent deux jeunes femmes sorties le soir

Encore un autre grave dérapage des salafistes dans la ville de Bejaia. Deux jeunes femmes âgées respectivement de 23 et 30 ans ont été sauvagement agressées par des barbus dans la soirée de mercredi vers 23h, à la décente du quartier « Semina » qui abrite la mosquée Al Kawthar.

Les salafistes ont évoqué le fait que c’est pêché (haram) de sortir le soir pour les femmes non-accompagnées! 

Les deux jeunes femmes ont reçu les soins à la clinique Ben Merad. La jeune de 23 ans à eu 7 points de suture dans l’abdomen. On ignore encore l’état de sa copine. Par peur, les deux jeunes femmes ont refusé de porter plainte et la justice algérienne ne va pas bien entendu s’autosaisir de l’affaire.  

C’est le deuxième acte de violence des islamistes dans la ville de Bgayet en moins d’une semaine, après avoir violemment empêché un rassemblement de militants pour la liberté de conscience le 19 juillet dernier.

Ces actes gravissimes ne suscitent malheureusement aucune réaction de la classe politique. En dehors du MAK et du Café littéraire de Bejaia, aucune autre partie n’avait condamné les violences qu’ont subi les militants pour la liberté de conscience et l’interdiction par les mêmes islamistes du festival du rire qu’organisait la Maison de la culture. 

A. B.

Empêchement du Festival du rire et prière à l'esplanade de la maison de la culture (Bejaia)

La face cachée du réseau islamiste à Bejaia

Le réseau mafieux islamiste dans la ville de Bejaia est intrinsèquement lié au pouvoir. Organisé autour d’associations religieuses et caritatives ou comités et d’imams, ce réseau financé par le pouvoir possède des moyens de nuisance et de manipulation. La population bougiotte est prise en otage par le fait qu’elle ne peut remettre en cause la religion musulmane alors que c’est l’islamisme qui leur est servi en l’absence presque totale d’espaces culturels, scientifiques, d’arts et d’activités politiques.

Etant en connivence avec le pouvoir, notamment le maire de la ville de Bgayet (FLN), parti qui garde les reines de l’APC depuis des années grâce à l’appui de ces associations et de la mafia locale, le réseau islamiste développe un sentiment de haine envers les Kabyles qu’il enveloppe dans de sales campagnes de dénigrements contre le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK).

Les principales associations sont liées au FLN, au ministère des affaires religieuses et des Awqaf, de la Culture, celui de l’Intérieur, du Haut Conseil Islamique, et des membres islamistes entretiennent des liens étroits avec des groupes de délinquants et d’anciens terroristes du FIS relogés à Bejaia.

Nous n’allons pas généraliser car il existe des associations réellement autonomes qu’elles soient à caractère religieux, caritatifs ou autre mais la plupart sont corrompues et ont fait le lit pour le pouvoir dans la ville. Certains de leurs membres sont de redoutables extrémistes corrompus.  Après la fameuse « société civile » fabriquée par le wali et consorts, c’est au tour du « mouvement associatif » engagé derrière Bouteflika lors de la dernière élection présidentielle. Ils étaient tous là à l’intérieur de la maison de la culture pour accueillir Abdelmalek Sellal avant qu’elle soit brûlée.

Lors du lynchage d’un groupe de militants laïcs par les islamistes de l’association « Zad Al Miaad » et quelques voyous, un travail de propagande a été une semaine auparavant sur les réseaux sociaux par cette association, le site « Bejaiainfo » géré par un homosexuel converti en islamiste, et un ancien délégué des aarchs corrompu converti en imam en l’occurrence Mohamed Bedjou,  par le pouvoir.

Et puisque tout ce beau monde travaillent pour le pouvoir, ils ont collé l’action des « mangeurs » au MAK, comme pour politiser une revendication de liberté de conscience et la mettre sur le dos d’un seul mouvement.

Arezki. B.

935904_320965794703934_577038525_n281859_1503029956600756_117235241851271298_n ba

Laïcité : la lâcheté des partis kabyles

10533847_773959259315585_5284474026699458110_nAu moment où des militants kabyles tentent d’affronter le gigantesque mur de la peur dressé par le pouvoir et les islamistes depuis 50 ans, d’imposer un minimum de débat sur la liberté de culte, les libertés individuelles et collectives, d’inviter la société à l’évolution comme cela se vit dans les nations qui se respectent, les médias arabo-islamiques ont déclaré la guerre à ces tentatives courageuses. 

Désinformation, mobilisation des islamistes, de voyous et réduction à sa plus simple valeur les actions osées menées par un collectif nommé « Yal Yiwen i-iman-is » (Chacun pour soi), c’est-à-dire « violation de la sacralité de ramadan ». Les partis islamistes, le président de la Commission nationale des fatwas au Haut conseil islamique, cheikh Mohamed-Chérif Kaher, ont tous appelé « l’Etat algérien à se montrer intransigeant vis-à-vis des non-jeûneurs qui appellent à violer l’un des préceptes fondamentaux de l’Islam ».

Un défi majeur auquel ces braves militants se sont donné les moyens d’une mobilisation pour booster la population et l’intelligence humaine à sortir de ce gouffre arabo-islamique qui n’obéit à aucune logique rationnelle en dehors de celle du diktat islamiste.

Deux actions ont été menées jusqu’à présent les 3 et 5 juillet successivement à Tizi-Ouzou et à Aokas dans la wilaya de Bejaia.

Face à l’agressivité du pouvoir et des islamistes toute tendance confondue et de leurs médias, aucun responsable des partis politiques kabyles, que ce soit le FFS ou le RCD n’a osé piper mot sur ces attaques haineuses des arabo-islamistes. Dans ces moments cruciaux où il fallait intervenir, soutenir le débat sur la liberté du culte, la laïcité et la démocratie, ces deux partis se sont mus dans un silence complice pour ne pas dire lâche. De même pour les journaux dits « indépendant » qui ont tout simplement censuré ces événements.

Seul le mouvement kabyle (le MAK) avait clairement affiché son soutien à ces démarches uniques dans le monde musulman à domination arabe.

Alors, on se pose la question : le FFS et le RCD ont-ils abdiqué face au pouvoir et aux islamistes alors que leurs programmes respectifs insistent plus au moins sur la nécessité d’aller vers un régime laïc ? Ont-ils peur d’offusquer leurs partenaires islamistes de l’Alliance pour le changement et la transition démocratique ?

Le Montagnard

Drapeau kabyle : liste des 90 spécimens

Pour ceux qui n’ont pas voté en France ou qui ne seront pas en mesure de se déplacer demain 1er juin à la maison de Matoub Lounes à Taourirt Moussa (At Douala), un mail a été mis à la disposition des Kabyles qui désirent choisir le drapeau kabyle. Envoyez un mail avec le numéro du drapeau préféré à cette adresse : asendjeq.aqvayli@gmail.com

Ci-Joint la liste des 90 spécimens soumis au vote :

Drapeau kabyle : liste des 90 spécimens dans Actualité 6669384-10193787-151x300

6669384-10193788

6672303-10198452

6669384-10193822

 

 

6669384-10193841

6669384-10193853

6669384-10193874

6669384-10193895

6669384-10201616

Le drapeau kabyle sera élu ce 1er juin à Taourirt Moussa

Drapeau Kabyle

Drapeau Kabyle

Les Kabyles auront pour la première fois de leur histoire un drapeau. Après des mois d’organisation de l’événement, ce sera finalement pour demain 1er juin, que le rendez-vous est donné à la maison de Matoub Lounes à Taourirt Moussa (At Douala) pour l’élection ultime.

Si en France les élections se sont déroulées sur deux phases, en Kabylie ce sera à At Douala puis à Tifrit (Akbou) le 7 juin au village du feu Mohand Uharoune. L’opération qui a été initiée par le MAK et l’Anavad a vu la sélection de 90 spécimens qui sont soumis aux votes.

Pour ce qui est de ceux qui ne peuvent pas se déplacer, un mail suffit pour voter à cette adresse asendjeq.aqvayli@gmail.com. Envoyez un mail avec le numéro du drapeau préféré dans la liste se trouvant sur ce lien : http://www.siwel.info/Le-MAK-appelle-a-l-election-du-drapeau-Kabyle_a6294.html

La proclamation officielle du drapeau de La Kabylie aura lieu le 14 juin prochain.

Le MAK gagne le cœur du « peuple mobiste »

Des milliers de supporters du plus populaire club de foot-ball de la région de Bejaia ont exhibé au stade de « l’unité maghrébine » le plus grand drapeau amazigh jamais conçu, à l’occasion d’un derby kabyle opposant le MOB à la JSK, d’ailleurs censuré à la dernière minute par la télévision d’Etat algérienne.

Les milliers de fans du MOB affichent sans complexe leur adhésion au mot d’ordre du MAK (Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie). Projet qui ambitionne de doter La Kabylie d’un Etat amazigh, moderne et laïc.

Le discours radical et direct du MAK -bien que réprimé et censuré- séduit les milliers de fans du MOB, et qui cadre avec la mode kabylo-révolutionnaire des mobistes.

En effet, aucune sortie du « peuple mobiste » ne laisse indifférents les Kabyles à travers leur slogan fétiche « Mon Pays La Kabylie ». Le MOBéjaia reprend ainsi le flambeau de la lutte identitaire mais axant plutôt sa revendication spécifiquement kabyle.

Rédaction Bejaia

Image de prévisualisation YouTube

Marche du MAK : des milliers de Kabyles attendus demain à Tizi-Ouzou

10308569_1462785553957902_1143310757348310726_nLe MAK veut «laver l’affront du 20 avril». Des milliers de manifestants sont attendus demain 27 avril en prévision de la grande marche à laquelle avait appelé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK).

Tout est mis en place pour la réussite de cette marche dont les principaux slongans sot la condamnation de la lâche répression du 20 avril et exiger l’utodétermination de la Kabylie. La Congrès mondial amazigh (CMA) et le Mouvement autonomiste chaoui (MAC) ont apporté leur soutien au MAK.

Pour rappel, aucun journal algérien n’a diffusé l’appel qui leur avait été envoyé par la direction du MAK.

MAZIGH.

Algérie: la presse privée censure le MAK

P10202481-790x347

La presse algérienne privée qui se dit grossièrement «indépendante» a montré encore une fois qu’elle ne diffère pas trop de la presse arabophone. Lors des marches du 20 avril, tout le monde sait que c’est bel et bien le MAK qui a appelé, encadré et mobilisé les foules. Des marches auxquelles se sont joints des cadres du RCD et de mystérieux « anciens animateurs du MCB ».

 Au lendemain de cette marche sauvagement réprimée à Tizi-Ouzou et pour ne pas donner une dimension importante au MAK, la presse privée particulièrement El Watan a honteusement relégué le MAK pour attribuer la marche à un mystérieux MCB, au RCD et même au …. FFS !

Hors tout le monde sait que c’est à cause de l’appel du MAK que la marche était réprimée comme toutes ses actions dans le passé. Depuis trois ans, toutes les manifestations du MAK étaient interdites à Tizi-Ouzou sauf celle du 20 avril. Le régime avait décidé le 20 avril 2013 d’interdire la marche du MAK si ce n’était que l’appel était aussi fait par le RCD. 

Face à la consternation des internautes kabyles, El Watan a été obligé de modifier sont article publié le 20 avril pour inclure le MAK. D’ailleurs, en manque grave de professionnalisme, l’URL de l’article reste toujours là comme étant le MCB qui a été réprimé !  (1)

Les commentaires laissés par les militants du MAK sur son site sont systématiquement censurés et ce journal inféodé au groupe d’anciens officiers de l’armée française continuent à parler d’un pseudo MCB.

Le plus condamnable est que l’appel envoyé à tous les journaux algérien par la direction du MAK en prévision de la marche populaire du 27 avril a été censuré !

Dire que la presse privée dont les éditeurs s’enrichissent sur le dos des pauvres journalistes parle de censure des médias publics !

(1) http://www.elwatan.com/actualite/celebration-du-printemps-berbere-la-marche-violemment-reprimee-a-tizi-ouzou-21-04-2014-254200_109.php

Akli. B.

Le MAK appelle les Kabyles à converger vers Tizi-Ouzou le 27 avril prochain

MAK KabylieLe Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) ne désarme pas. Après la brutale répression de la manifestation du 20 avril à Tizi-Ouzou qui a fait des dizaines de blessés et d’arrestations, il appelle tous les citoyennes et citoyens kabyles à participer en masse à une marche grandiose le 27 avril prochain à 11h à Tizi-Ouzou.

Pour le MAK « les événements intolérables de ce 20 avril qui a vu le régime algérien renouer avec ses pratiques scélérates ne peuvent rester sans suite. Le peuple kabyle ne peut accepter de se laisser agresser sur son propre territoire par des agents de la haine et du désordre au service d’un régime fasciste et colonial », indique une déclaration signée par son président M. Bouaziz Ait-Chebib, lui aussi blessé au pied lors de la répression du 20 avril dernier.

« Pour la première fois depuis le printemps noir de 2001, au cours de la marche organisée par le MAK ce 20 avril à l’occasion de la double commémoration du printemps Amazigh et du Printemps Noir, une répression féroce s’est abattue sur le peuple kabyle à Tizi-Ouzou. Les brigades de la répression algérienne ont fait preuve d’une extrême violence contre des manifestants pacifiques et ont procédé à des centaines d’arrestations parmi les citoyens kabyles, les militants et les sympathisants du MAK », rappelle le MAK qui ajoute que « Des photos et des vidéos sans appel montrent le zèle et l’extrême violence de la répression perpétrée par les brigades répressives algériennes face à des citoyens kabyles pacifiques, armés de leur seul courage mais fortement convaincus de leur droit inaliénable à vivre librement sur la terre de leurs ancêtres, conformément à leur langue, leur culture et leur civilisation, plusieurs fois millénaires ». 

Cette deuxième manifestation à laquelle tous les Kabyles sont appelés à rejoindre se veut comme une occasion pour  « commémorer comme il se doit le double anniversaire du printemps berbère et du printemps noir » ; « exiger le droit à l’autodétermination du peuple kabyle » et  « la répression policière en Kabylie ». 

L’itinéraire de la marche est le même que celui tracé le 20 avril à savoir de l’université de Hasnaoua à l’ancienne mairie. Pour rappel, l’opinion kabyle a été choquée par les images de la répression de la marche du 20 avril à laquelle avait appelé le MAK soutenu par d’anciens membres du MCB et de cadres du RCD. Elle constitue un énième affront au peuple kabyle.

Akli. B.

Preuves irréfutables de la répression le 20 avril 2014 et non 2001

A travers cette vidéo, l’opinion kabyle et internationale comprendra facilement avec des preuves claires que la répression sauvage de la Marche du MAK se déroulait bel et bien le 20 avril 2014 et non lors du Printemps noir 2001, comme tentent de le faire croire le régime manipulateur et la pseudo commission d’enquête de la DGSN algérienne. 

Image de prévisualisation YouTube

 

123456...89

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci