Archive pour 'Le coin de Zira'

Chef de parti, et charge présidentielle, ce n’est pas la même chose

Par : Zira

Autant dans le cas de la charge présidentielle, cela relève de la dictature que de garder le pouvoir au-delà de deux mandats, autant au sein d’un parti politique c’est un apostolat de continuer à se dévouer dans l’accomplissement de cette charge.  Que les jeunes loups pensent à créer d’autres partis! Le problème de la Kabylie, ce n’est pas Saïd Sadi; d’autant plus que ses actions tendent plutôt à renforcer les convictions de notre peuple, qu’à les détruire. Ce monsieur fait partie des forgerons qui ont renforcé le bouclier moral qui protège la Kabylie. Car s’il n’y avait que la poignée de Kabyles qu’on veut bien reconnaître (d’où le fameux « damez waru »…), cela ferait beau temps que la Kabylie aurait rendu l’âme sous le poids de la dictature, et face au nombre de ses ennemis. Nul n’a le droit de détruire un élément constructeur. C’est bizarre comme le chef du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) catalyse le rejet. Dans les années 90, je ne sais plus ce que lui reprochaient les chanteurs Idir et Baaziz…Pour finalement l’adouber des années plus tard!

Quand l’opacité et la pratique du chantage gagnent l’Occident

Par : Zira

C’est quand même un monde de mettre sur le même plan un mouvement sanguinaire et un parti conservateur, ou une volonté d’indépendance. Sur internet, des Américains menacent de rejoindre les rangs de Ben Laden au cas où Sarah Palin est élue. De même, l’artiste Benoît Poelwoorde promet de se laisser pousser la barbe si la Belgique ne se dote pas d’un gouvernement. C’est-à-dire qu’il prétend soumettre éternellement les Flamands aux diktats des Wallons!

A la croisée des chemins

Par : Zira

En lisant une nouvelle annoncée par l’agence d’information Siwel, j’ai éprouvé de l’amertume. Je me suis demandé, en effet, au vu de cette information, si malgré le soulèvement des peuples arabes contre les pouvoirs qui les dirigent, ils ne resteraient pas égaux à eux-mêmes. Aujourd’hui, l’heure est à la révolte, avec des doléances bien précises. En Algérie, par exemple, la population ne risque pas de se soulever de peur de donner raison aux Kabyles. Nous l’avons vu, au fil des différentes manifestations de revendication identitaire de la KABYLIE. Le reste des Algériens ne s’est jamais indigné du fait que le Pouvoir s’acharne à détruire l’identité  berbère (kabyle, en ce qui concerne les Kabyles). Il n’a jamais dénoncé le fait que le Pouvoir algérien tuait cette identité, pour la énième fois, en tuant ses défenseurs, ou en les emprisonnant, en les persécutant, en les torturant, en les exilant… Lors de la marche kabyle sur Alger, en 2001, la population d’Alger a aidé, à coups de pierre, à « repousser » les Kabyles vers « chez eux »! Aucune main amie ne s’était tendue. Aucun élan de solidarité de la part des autres régions du pays.    Après l’ignoble assassinat de Matoub Lounès, les Algériens ont poussé l’outrecuidance jusqu’à faire des épitaphes méprisantes à la radio, ou sur le net… Après le « Printemps Berbère » de 1980, toutes sortes de calomnies ont été lues et entendues.   Siwel rapporte qu’une « rencontre nationale » est organisée pour débattre de la situation qui prévaut en Algérie. Pour moi, cette rencontre est une façon de cautionner l’état actuel des choses! Car une autre manifestation, qui, elle, exprime des demandes précises, et qui n’a pas reçu l’aval des autorités, est prévue pour le même jour, le samedi 22 janvier -fait souligné, d’ailleurs, par Siwel. Les organisateurs de la « rencontre nationale » se disent animés de toute la bonne volonté du monde. Seulement, en faisant coïncider leur rencontre avec la date prévue pour la marche de Saïd Sadi et de son parti, le RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), ils montrent, au contraire, qu’ils n’ont pas tant que cela de bonne volonté! Ce fait, à lui seul, illustre bien la discrimination envers les Kabyles. Je ne peux pas conseiller Saïd Sadi car il est de ma génération, et qui plus est, c’est un fin politique; cependant, j’attire son attention sur le fait que les Kabyles sont la bête noire des autres Algériens. Quand je parle de Kabyles, je pense aux vrais Kabyles -qu’ils soient autonomistes ou algérianistes. Les autres, eux, ne se servant de ce mot que comme d’un objet transitionnel qui comblerait leurs défaillances, sont, tour à tour, hétéronomes, habitués à la condition de sous-peuple, habitués à la soumission et à l’aliénation, achetables à souhait, et capables de bien d’autres bassesses qu’ils tentent de camoufler en se déclarant « Kabyles ». Après s’être battu pour sortir l’Algérie de la gangue d’un système dictatorial, Monsieur Saïd Sadi n’est toujours pas reconnu au niveau national car on ne lui pardonne pas d’avoir combattu pour l’identité kabyle. Un jour, peut-être, se rendra-t-il compte que le combat le plus porteur est celui qui concerne son propre peuple. Nous ne pouvons prétendre faire partie de l’autre puisqu’il n’a de cesse que de conforter un Pouvoir dont le projet principal consiste en notre éradication. Plus il avance dans sa besogne exterminatrice, et plus il rallie les foules endoctrinées qui le défendent conte ces Kabyles insoumis! Cette « rencontre nationale » réveille en moi tant de mauvais souvenirs.  Les autres Algériens s’acharnent à vouloir nous faire partager leurs seuls souvenirs. Sans trop remonter dans le temps, je cite un récent, comme celui-ci : « Sous la colonisation française, nous étions des sous-hommes », phrase sortie de la bouche d’un homme jeune, qui a néanmoins trouvé refuge au pays des anciens colons. Je ne partage pas ce souvenir. Il y avait de l’humanité, au temps de la France.  

Notre culture est un tremplin vers la démocratie

Par : Zira

Au cours d’une émission dominicale sur France-Culture, l’un des intervenants a surpris mon mari -c’est lui le fidèle auditeur de cette émission- en décrétant que les Kabyles ont adopté l’islamisme. Si nous n’étions pas kabyles, très au fait de tout ce qui touche la Kabylie, nous pourrions croire cette lubie. Moi, ce qui me révulse ce sont justement ces analyses fantaisistes de personnages qui ne voient que ce qu’ils veulent bien voir! La Kabylie est une région meurtrie à plus d’un titre : bâillonnée, vivant sous la menace continuelle du Pouvoir et des terroristes islamistes, persécutée, privée de sa langue et de sa culture. Malgré cela, les Kabyles -ôté quelques renégats!- n’ont jamais accepté d’être dilués dans cette idéologie arabo-islamique qui a le don de paraître attrayante et consensuelle aux Occidentaux.  Moi qui connais bien toutes les menaces qui pèsent sur les citoyens  qui osent braver la dictature, je suis remplie d’admiration à chaque fois que je vois les marches faites par les militants du MAK, ou les prises de parole par ces militants, ainsi que par d’autres Kabyles qui se réclament du christianisme.  Quoique le soutien de la communauté internationale soit le bienvenu, notre but n’est certainement pas de collectionner les satisfecit, mais de libérer la Kabylie.  Et pour ce faire, soyons nombreux avec le MAK en vue de l’autonomie de la Kabylie. C’est par cette voie, et uniquement celle-là, que nous parviendrons à la démocratie initiée par nos ancêtres.     

Le temps du rabibochage, envers et contre tous, est révolu

Par : Zira

Aujourd’hui, nous ne devrions plus accepter ce qui a fait notre malheur, le rabibochage dans le seul dessein de l’unité. Une unité factice. Nous ne voulons plus des réconciliateurs, des faux patriotes, des adeptes du (faux) nationalisme… Au cours d’une émission, à la télé française, un Algérien et une Tunisienne nous l’ont juré, ce mardi 11 janvier 2011 : Le « Maghreb » (l’Afrique du Nord!) ne sera plus tenté par l’islamisme! Ils sont formels! C’est, aussi, ce que me disait le lundi 10, une Kabyle, qui accusait « l’Amérique » (les Etats-Unis d’Amérique) de vouloir s’emparer des richesses de l’Algérie, d’où son soutien à tous les fauteurs de troubles. Ces trois individus donnent vraiment l’impression de se sustenter aux mêmes sources, ou, peut-être, y a-t-il une intox dans ce sens? Mon interlocutrice disait que les Algériens ne voulaient plus gâcher « cette paix retrouvée ». J’ai dû rater un épisode!! Quand la paix a-t- Et à partir de quelle date, précisément, a-t-elle été perdue?  Ah! Elle avait ajouté que le voile et la barbe étaient juste un paravent.  Nul ne peut nier le fait que, depuis plusieurs décennies, les tenues comportant foulard et barbe, sont devenues la pierre angulaire de la politique arabo-islamique -à laquelle adhèrent d’autres pays musulmans. Cette révolution identitaire, à contre-courant des valeurs universelles auxquelles les pays qu’elle a investis avaient, antérieurement, promis de se conformer, s’est imposée avec mort d’homme.  Après l’embellie apparente -il est vrai- de la première décennie post-indépendance où juste quelques haïks blancs, marqueurs typologiques, distinguaient l’Algérie de tout autre paysage méditerranéen, personne ne pouvait prévoir qu’il y aurait une telle régression dans le progrès humaniste!     

Et maintenant?

Par : Zira

 Félicitations au peuple tunisien qui a réussi sa Révolution.  Maintenant, il faudrait qu’il veille à ne pas abandonner cette perspective de liberté à un mal encore plus grand que la dictature…l’islamisme! Car aucune dictature n’est arrivée à spolier l’être humain de ce qu’il a de plus grands en lui : son esprit et son coeur. L’islamisme, lui, est une dictature qui réduit l’Homme à néant! 

Des religions

Par : Zira 

 Dans l’empire chrétien de Constantinople, les musulmans, qui avaient acquis de l’influence, avaient, en quelque sorte, islamisé le christianisme! Durant des siècles, il fut interdit de représenter et de vénérer les images du Christ et des saints. Ce fut l’impératrice Théodora qui rejeta cette doctrine en 843. Aujourd’hui, certains veulent réitérer ce mouvement. Ainsi, l’animateur de l’émission religieuse de la radio kabyle algérienne dénonce le fait que le Christ soit représenté à visage humain! Ses auditrices, quant à elles, quand elles ne dénoncent pas leur mari qui boit, ne prie pas ou ne jeûne pas dans la période du ramadan, viennent poser des questions de grande importance; comme celle qui demanda si elle devait tuer son chien qui a l’habitude de hurler à la mort, au moment de la prière du matin.  

La Vérité n’a pas besoin de la violence

Par : Zira

Quelle que fût la force, la qualité et la légitimité des manifestations populaires successives, l’Algérie n’a pas bougé d’un iota pour sortir de l’ornière dans laquelle l’ont placée ceux qui ont choisi, contre toute attente, la voie de la subordination au monde arabe. Je parle, bien sûr, de la revendication kabyle, la seule qui ait des bases solides. Malheureusement, quand ce ne sont pas les dirigeants du pays, ce sont les citoyens, eux-mêmes, qui veillent à ne laisser personne sortir du traquenard! Le leitmotiv avancé est que c’est l’Occident qui profitera de tout ce que nous entreprenons pour nous libérer du joug de l’impérialisme arabe!! Il s’avère que les citoyens sont aussi attachés à la soumission, que les dirigeants le sont à l’exercice de la dictature. Une personne à laquelle je disais que l’on ne devait pas revendiquer contre la cherté de la vie en détruisant des biens privés ou en s’attaquant à d’autres citoyens, profita de ce qu’elle prit pour un sursaut « d’algérianisme », pour me dire sentencieusement que le « séparatisme serait une erreur car l’Amérique n’attend que la dislocation du pays pour s’emparer de ses richesses ».  Rien n’a le don de me mettre hors de moi que le discours moralisateur, quand il a une connotation nationaliste arabo-baathiste, et qu’il est colporté par de viles marionnettes.  La richesse de la Kabylie, c’est son identité, et ce n’est pas l’Amérique qui est en train de la phagocyter.  


Un examen de conscience s’impose

Par : Zira

Les ténors de l’islam, qui oeuvrent en France, veulent nous faire croire que le côté dictatorial de cette religion est le seul fait de quelques marginaux. Qu’ils nous expliquent alors pourquoi ce genre d’individus sont légion dans tous les pays musulmans -et même dans tous les pays! Je parle de ces individus qui s’arrogent le droit de porter atteinte  à la vie de ceux qui osent résister à leurs diktats! Dernièrement, un homme politique pakistanais a été assassiné par l’un de ses gardes du corps pour la simple raison qu’il était opposé à la loi sur le blasphème, et qu’il avait défendu une jeune chrétienne, condamnée à mort justement pour « blasphème contre l’islam ».

(Lire la suite)

Des religions

Par : Zira

Dans l’empire chrétien de Constantinople, les musulmans, qui avaient acquis de l’influence, avaient, en quelque sorte, islamisé le christianisme! Durant des siècles, il fut interdit de représenter et de vénérer les images du Christ et des saints. Ce fut l’impératrice Théodora qui rejeta cette doctrine en 843. Aujourd’hui, certains veulent réitérer ce mouvement. Ainsi, l’animateur de l’émission religieuse de la radio kabyle algérienne dénonce le fait que le Christ soit représenté à visage humain! Ses auditrices, quant à elles, quand elles ne dénoncent pas leur mari qui boit, ne prie pas ou ne jeûne pas dans la période du ramadan, viennent poser des questions de grande importance; comme celle qui demanda si elle devait tuer son chien qui a l’habitude de hurler à la mort, au moment de la prière du matin.  

12345

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci