Archive pour mars, 2016

Le MAK est mieux renseigné sur le régime algérien que le régime sur le MAK

congrès du MAKLe MAK connaît les intentions du régime algérien mais le régime ignore celles du MAK. La principale leçon à retenir dans cet épisode du congrès du MAK est que le MAK a bien roulé dans la farine le pouvoir algérien. Face au manque de renseignements, aggravé par les manœuvres des militants du MAK qui ont annoncé plusieurs endroits pour tenir le congrès, le régime n’a pas trouvé de solution pour empêcher le mouvement souverainiste kabyle de réussir cet important rendez-vous.

Frustré, le régime décide de barricader la Kabylie par des barrages de police et de gendarmerie. Son espoir est que le MAK se retrouve avec quelques personnes au congrès. Ce qui constituerait une humiliation pour ce mouvement.

Pourtant, les congressistes étaient très nombreux à converger vers le lieu du congrès à At Zellal, endroit tenu secret. En tout, 848 délégués étaient présents ! Alors que le régime n’a pu arrêter que quelques 200 personnes. Comment donc un régime aussi présent en Kabylie n’a pas pu déterminer exactement le lieu du congrès ?

En revanche, à voir comment le MAK a réagi, on comprend très aisément qu’il a eu au préalable des renseignements sur les intentions du régime d’empêcher la tenue du congrès.

Cette épisode du congrès du MAK nous renseigne sur trois choses :

- Que le MAK connaît les intentions des autorités algériennes et pas l’inverse.

- Que le MAK n’est pas infiltré.

- Que les services algériens aussi performants soient-ils, trouvent des difficultés à évoluer en Kabylie.

 

Kabylie : vaste opération de « désarabisation » des plaques de signalisation

TazaLa décision prise par le comité de village de Taza (Larbaa Nat Iraten) de supprimer la langue arabe sur les plaques de signalisation au profit de tamaziɣt et du Français a été suivie par de nombreuses localités de Kabylie.

Bien que ces opérations datent depuis les événements du « Printemps noir » en 2001, où on barrait anarchiquement les lieux indiqués en arabe, cette nouvelle campagne se fait dans les règles de l’art.

Des localités comme Tifra ou encore At Mɛuc dans la wilaya de Béjaïa, Raffour à Bouira et d’autres localités à Tizi-Ouzou ont suivi l’exemple. Un phénomène qui risque de se propager comme une traînée de poudre. Ceci en réponse aux nouvelles dispositions de la Constitution algérienne qui fait des Kabyles des sous-citoyens.

La décision du village de Taza a fait beaucoup de bruit au point où la chaîne BRTV en a consacré un espace dans son édition du 20h00.  (Lire la suite)

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci