Congrès du MAK : défaite du régime algérien

Congrès MAKLe quadrillage exceptionnel de la Kabylie par les forces de police et de gendarmerie algériennes n’a pas pu empêcher la tenue du IIIe congrès du MAK.

Même si le pouvoir a procédé à l’arrestation de plus de 200 congressistes, il y a eu la participation de 500 aux travaux. Une humiliation gratuite que s’est infligé le régime algérien.

Croyant pouvoir empêcher ou du moins perturber les travaux de ce IIIe congrès dédié à Mouloud Mammeri, le régime algérien a produit l’effet inverse : une vague de solidarité des Kabyles avec le MAK.

Les comités de village d’At Zellal, lieu où s’est tenu ce congrès ont renvoyé les demandes du maire de Souamaa Ahmed Boukhtouche, connu pour être un zélé du pouvoir, qui recevait ses ordres d’Alger en vue d’empêcher les Kabyles de tenir leur congrès dans ce village. Mais il se trouve qu’At Zellal, l’un des plus propres villages de la Kabylie est aussi un bastion du mouvement souverainiste du MAK.

En ce sens, ce IIIe congrès est une autre victoire intestable du MAK face à la tyrannie du régime algérien qui s’est résolu à le combattre par tous les moyens.

La présidence du MAK est confiée pour le deuxième fois à Bouaziz Ait Chebib. De même pour la présidence du Gouvernement provisoire kabyle dont Ferhat Mehenni est élu pour la seconde fois.

Notons que le MAK a été la première organisation politique nord-africaine à limiter effectivement les mandats du président du GPK à un renouvelable une seule fois.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire