Archive pour avril, 2015

Il remporte la médaille d’or et arbore le drapeau de la Kabylie

hBelle entrée du drapeau de la Kabylie dans les compétitions internationales ! L‘athlète kabyle Ahmed Zenia a exhibé le nouveau drapeau de la Kabylie en recevant la médaille d’or du 3e Tournoi international du Shou Bo, qui s’est déroulé à Malézia en Italie.

Ahmed Zenia est un athlète kabyle de Fréha, connu pour son engagement en faveur de la Kabylie libre. Il l’a démontré encore cette fois-ci en portant haut le drapeau national kabyle lors de ce tournoi international. Recevant la médaille d’or, l’athlète a arboré le drapeau de la Kabylie dont les cérémonies de levée très réussies ont démarré un peu partout dans le monde depuis le 18 avril dernier.

Ahmed Zenia avait auparavant remporté la médaille d’or aux 4èmes Rencontres Internationales de TAI JI QUAN en groupes et compétition de Shou Bo, un art martial chinois à main nu, en mode Xiang Bo qui se sont déroulées en 2014, à Saint Germain en Laye.

Il avait porté un T-shirt en hommage à Amaziane MEHENNI assassiné en 2004 à Paris avec l’inscription « Tilelli i Leqvayel », qui signifie  » Liberté pour les Kabyles » et un drapeau amazigh !

 Il remporte la médaille d'or et arbore le drapeau de la Kabylie dans Actualité hh-165x300

hhh-300x168 Ahmed Zenia dans Actualité

Avec le grand maître Zumo

zenia-300x168 Amazigh

Ahmed Zenia, médaille d’or en 2014, France.

Les stars kabyles marchent avec le MAK et adoptent le drapeau de la Kabylie

Ce 20 avril 2015, l’événement est exceptionnel. Des chanteurs célèbres comme Kheloui Lounes, Boudjemaa Agraw, Oulahlou ou encore Zdek Mouloud ont décidé de rejoindre les marches du MAK, qui a réussi une exceptionnelle mobilisation à l’occasion de la commémoration du 35e anniversaire du « printemps berbère » et du 14e anniversaire du « printemps noir ».

A Bgayet, Agraw Boudjemaa et Oulahlou ont marché sous la bannière du MAK, geste fort de ces figures artistiques très engagées. Agraw a pris le nouveau drapeau de la Kabylie lors de la marche. Idem à Tizi-Ouzou pour Kheloui Lounes qui a porté le drapeau kabyle. Zdek Mouloud a marché aussi à Tizi-Ouzou.

La participation de ces célébrités aux marches du MAK qui revendique l’autodétermination de la Kabylie ont enthousiasmé la foule notamment les jeunes qui ont très apprécié que ces chanteurs reconnus marchent avec eux.

En France, lors de la grande cérémonie de levée du drapeau kabyle, plusieurs artistes kabyles comme Akli D et Djura ont marqué l’événement par leur présence.

Les stars kabyles marchent avec le MAK et adoptent le drapeau de la Kabylie dans Actualité ak1-225x300

AKLI D

b-300x225 Akli D dans Actualité

Boudjemaa Agraw

kheloui-225x300 Algérie

Kheloui Lounes

o-225x300 Autodétermination

OulahlouZdek Mouloud

 

20 avril : les Kabyles sur les traces des Catalans

MAK Kabylie La marche du MAK ce 20 avril a écrasé tous les pronostics. Des dizaines de milliers de marcheurs avec beaucoup de femmes et de jeunes filles ont répondu à l’appel du MAK pour revendiquer l’autodétermination de la Kabylie et lever à l’occasion le premier drapeau kabyle de l’Histoire.

Comment peut-on expliquer le succès sans équivoque du MAK ce 20 avril, alors que le RCD avec ses deux présidents (actuel et ancien) ont tenté de mobiliser leurs troupes en même temps pour l’officialisation de tamazight, langue des Kabyles ?

Plusieurs explications peuvent être avancées pour expliquer le raz de marrée du MAK notamment à Tizi-Ouzou. L’opposition de ce mouvement non-corrompu et qui n’a jamais eu d’accointances avec le pouvoir, sa manière de lutte en dehors des structures officielles de l’Etat algérien, le travail de terrain de ses cadres sont autant de raisons. Mais il se dégage à travers la mobilisation du MAK un net éveil des Kabyles qui ne croient plus au changement démocratique en Algérie et encore moins à un sursaut identitaire de ce pays, définitivement, il faut le dire, rangé sous la bannière arabo-islamique.

La revendication donc de l’autodétermination même si elle choque une partie des Kabyles qui continuent de cultiver l’espoir d’une « Algérie meilleure » a gagné du terrain, beaucoup de terrain. Les émouvants lever du drapeau de la Kabylie à Paris et dans d’autres villes d’Europe a aussi contribué à enthousiasmer l’opinion kabyle.

Enfin, le statu-quo algérien, le perte de crédibilité des partis politiques kabyles reconnus mais très divisés, la place dominante des islamistes en Algérie sont des arguments qui poussent la jeunesse kabyle à embrasser la cause souverainiste.

La Kabylie d’aujourd’hui tente de marcher sur les traces de la Catalogne. Mais peut-elle rêver d’une liberté sans pertes avec un régime algérien rompu à la violence ?

 

Pourquoi l’officialisation de tamaziɣt arrange-t-elle le MAK ?

Kabylie MAKDétrompez-vous ! Le pouvoir ne fera qu’aggraver le fossé entre l’Algérie et la Kabylie, si jamais les bruits sur l’officialisation de la langue amazighe viennent à se confirmer.

D’après des sites algériens, tamaziɣt sera consacrée dans la prochaine constitution révisée « langue officielle en second degré » en Algérie. Le pouvoir tente en effet de limiter l’influence grandissante de la cause kabyle incarnée par le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie. En officialisant cette langue, le régime algérien croit qu’il fera d’une pierre quatre coups : normaliser cette revendication sans vraiment changer la donne ; ôter un argument de taille à l’opposition kabyle reconnue incarnée par les partis du RCD et de moindre mesure du FFS ; mettre les Kabyles devant le fait accompli aux yeux de l’opinion internationale et enfin pouvoir contenir la revendication d’autodétermination du MAK.

Déjà langue « nationale » depuis avril 2002 suite aux sanglants événements du « Printemps noir », tamaziɣt serait donc promue langue officielle mais de « second degré », comprendre par là que la langue arabe sera toujours la privilégiée au sein de l’État algérien. Cette expression de « langue de second degré » confirmera aux yeux des Kabyles qu’ils sont réellement des citoyens de seconde catégorie dans leur propre pays. Ce qui ne sera que le reflet d’une réalité que beaucoup de Kabyles refusent de voir. Si le régime de Bouteflika peut effectivement normaliser cette revendication qui d’ailleurs ne mobilise plus la rue car passée au stade de la revendication politico-identitaire, il fera par contre un cadeau inestimable au MAK, contrairement à ce que l’on peut penser.

Cette officialisation affaiblira certainement les partis nationalistes algériens en Kabylie comme le RCD qui fait de cette revendication son principal cheval de bataille. Elle ôtera aussi le voile sur la grande partie des berbéristes kabyles hostiles à l’autonomie ou à l’indépendance de la Kabylie. Dans la foulée, les Kabyles auront à dissiper les doutes quant à l’inefficacité de l’officialisation de leur langue au sein de l’ensemble algérien. Même si l’opinion n’est plus dupe quant aux intentions du régime algérien, cette promotion de tamaziɣt en tant que langue officielle en second degré leur confirmera définitivement que leur langue a besoin d’un État kabyle, sans lequel, elle sera condamnée à la mort.

 K. P

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci