• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Archive pour septembre, 2014

Louisa Hanoune : la béquille chargée de déstabiliser la Kabylie

Louisa HanouneEn s’en prenant encore une fois au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), Louisa Hanoune, qui joue plus le rôle de béquille d’Abdelaziz Bouteflika que celui de secrétaire général de son parti aura démontré toute la capacité de nuisance non pas d’elle mais du pouvoir arabo-islamique envers la Kabylie.

L’indétrônable cheffe du Parti des travailleurs a en effet affirmé aujourd’hui qu’elle n’exclut pas « l’éventualité d’une implication du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) dans l’enlèvement et l’assassinat du ressortissant français, commandités de l’étranger afin de placer la région sous protection internationale », selon des propos rapportés par l’agence algérienne APS.

N’étant pas encore au courant que le MAK a évolué dans son projet qui est passé de l’autonomie à l’autodétermination, Mme Hanoune suggère ainsi que le MAK est impliqué on ne sait par quel miracle dans la décapitation d’un citoyen français.

Ainsi, Hanoune a voulu connecter le seul et unique mouvement qui prône ouvertement la laïcité en Afrique du Nord de surcroît viscéralement anti-arabistes et anti-islamistes avec les barbares de l’État islamique !

Nous n’avons pas besoin d’argument pour démontrer la perversité et l’anti-kabylisme qui l’anime. Mais nous tenons quand même à rappeler certains faits.

Durant le massacre des kabyles par le pouvoir entre 2001-2003, elle a participé aux élections législatives en mai 2002 et réussi à avoir un groupe parlementaire sur le dos des Kabyles dont 99% avaient rejeté ce vote. Elle a aussi rejeté par ses pseudos députés une proposition de faire du nouvel an berbère « Yennayer » une journée fériée. Ses accusations répétitives contre le MAK n’étonnent donc pas, elle qui avait accusé le mouvement citoyen de Kabylie en 2004 de rouler pour les Américains !

En juin 2010, elle a accusé l’Union européenne (UE) d’encourager « la dislocation et la division de l’Algérie en finançant le MAK de l’aventurier Ferhat Mehenni ». En mai de la même année, elle affirme au quotidien proche du pouvoir « Le Jour d’Algérie » que «le soutien d’Israël et des USA au MAK est dangereux. Le même mois elle qualifie « les autonomistes » du MAK d’aventuriers fascisants ».

En août 2011, Louisa Hanoune accuse le président du GPK Ferhat Mehenni d’intelligence avec l’Occident. En septembre, elle accuse le MAK d’être « soutenu par des groupes inféodés à Israël ».

En avril 2012, elle lance ridiculement dans un meeting électorale à Tizi-Ouzou « ulac l’MAK ulac » en réponse aux jeunes qui criait « ulac l’vut ulac ».

Bref, il ne se passe pas un seul mois sans qu’elle ne s’attaque au MAK. La haine des Kabyles et du MAK de cette soi-disant trotskiste-athée mais qui lance des « Allah Akbar » dans ses meetings anti-juifs est nettement exacerbée tant que ce mouvement mobilise largement les foules dans les rues.

Mais cette fois-ci, son discours dangereux ne peut pas passer inaperçu. Accuser le MAK d’être impliqué dans un attentat terroriste visant un touriste français est un appel au pouvoir pour mener une guerre contre la Kabylie. C’est aussi un appel au silence de la communauté internationale sur ce qui se passe en Kabylie.

Louisa Hanoune qui n’a pas soufflé mot durant la répression sauvage de la marche pacifique du 20 avril dernier commémorant le Printemps berbère, devrait plutôt poser la question à son maître Bouteflika : pourquoi a-t-il libéré et amnistié des dizaines de milliers de terroristes dont les exécuteurs de Hervé Gourdel faisaient partie avant de reprendre le maquis.

Kabylie Politique

 10665327_736192653121720_7715218227024990191_n

 

 

 

Le tueur de Hervé Gourdel a été amnistié par Bouteflika en 1999

bouteflikaLe chef de l’Etat islamique en Algérie, Gouri Abdelmalek, allias Khaled Abu Selmane était un des bénéficiaires de l’amnistie accordée aux milliers de terroristes par le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Bouteflika avait pour rappel initié en septembre 1999 une politique d’amnistie en faveur de 5000 islamistes emprisonnés et 6000 autres en activité appartenant alors à l’Armée islamique du salut, la branche armée du Front islamique du salut (FIS-dissous).

Khaled Abu Selmane est né en 1977 dans la commune arabophone de Si Mustapha (Boumerdes), à 60 km à l’est d’Alger. Ce sanguinaire est issu d’une famille paysanne dont il est l’aîné. Il avait quitté tôt l’école pour devenir berger.

Arrêté en 1997 et condamné à une peine de 5 ans de prison pour soutien au terrorisme, Khaled Abu Selmane sera libéré par décret amnistiant les islamistes en octobre 1999, juste après le référendum sur la « concorde civile ». Il finit par rejoindre le maquis au début 2000 à l’âge de 23 ans, avec deux de ses fidèles amis, les frères Khelifi, Youcef et Mohamed, dont le second sévit à ce jour. Ils ont été suivis plus tard par plus de 25 jeunes du même village.

Il devient vite l’adjoint de Abdelmalek Droukdel, chef d’AQMI. Ce dernier l’avait désigné en 2005 à la tête de la katiba El Arkam, qui activait dans les localités du sud et du centre de la wilaya de Boumerdès. Cette phalange a été à l’origine de tous les attentats kamikazes commis contre les édifices de sécurité entre 2007 et 2011 ainsi que les assassinats perpétrés contre d’anciens miliciens.

Il s’autoproclame à l’accasion du rapt du français représentant du mouvement Daech en Algérie.

Celui qui serait à l’origine du kidnapping et de l’exécution du touriste français Hervé Gourdel survenue le 24 septembre 2014 était donc un bénéficiaire de la politique du pouvoir algérien. 

L’ancien chef de l’AIS Madani Mezrag a été reçu en mai 2014 d’une manière officielle par Ahmed Ouyahia représentant du chef de l’Etat et ce, pour le consulter et donner sa « vision » sur la prochaine révision constitutionnelle.

Hervé Gourdel condamne les Kabyles à fonder leur propre Etat

Hervé GourdelL’exécution barbare du touriste français Hervé Gourdel semble être la goutte qui doit faire déborder le vase. La Kabylie, région laïque, foncièrement anti-islamiste et contre le pouvoir central d’Alger se retrouve dans une situation intenable. D’un côté, un pouvoir qui fait tout pour l’affaiblir et la discréditer au niveau international avec les séries de kidnappings, de l’autre des islamistes dont une grande partie sont des agents des services secrets qui la déstabilisent. Le cas de l’agent kabyle du DRS Karmous Brahim qui a déserté et est monté au maquis pour avoir refusé de participer aux rapts qui ravagent la Kabylie depuis 2005 en est l’illustration.

Deux choix s’offrent donc aux Kabyles : soit ils continuent dans cette voie désastreuse et suicidaire pour les générations futures, soit ils décident d’en finir avec leur situation de double-colonisés par le pouvoir et par les islamistes algériens qui occupent leurs montagnes.

Nous savons que les Kabyles même réprimés et détruits psychologiquement par le régime arabo-islamique refusent de baisser les bras et résistent. Mais cette résistance doit absolument être capitalisée et orientée vers un objectif clair : l’autodétermination du peuple kabyle. Les Kabyles ont donc le devoir de renforcer les rangs du MAK qui lutte pour un Etat kabyle laïc autonome ou indépendant.

S’ils croient qu’un possible changement démocratique pourrait se produire en Algérie, ils se trompent lourdement. La preuve ? Aucun algérien ne descendra demain dans les rues pour condamner l’exécution du touriste français.

Nous demandons pardon à Hervé Gourdel, à sa famille et au peuple français car les Kabyles sont impuissants devant l’État algérien et ses islamistes. 

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci