Dis moi monsieur l’agent où va l’argent…

Par: Pluralité Liberté

Après un wiwi coca l’inspiration me donna :

C’est promis, plus de compromis,

avec le passé obscure et ses méthodes dépassées

le temps monsieur le président est passé,

nous voyons la réalité, toujours comprimer,

continuellement déprimer

jamais primer, au moins pour frimer

Gouvernement qui continuellement ment,

normal me dit salah vu r-waye :

le bis national, chante l’international

pour couvrir ses crime national

dis monsieur l’agent où va l’argent des petits gens ?

En guise de réponse, du doigt  il m’oriente vers le soldat,

à l’abri dans sa cachette,

le doigts constamment sur la gâchette,

toujours prêt à lancer des fléchettes,

qui donne la mort nette

 ds monsieur le soldat où va l’argent des petit gens ?

lui, jure qu’il est innocent,

il me conseil de m’intéresser,

aux poches sans fond,

du pouvoir occulte, inculte et sans culte,

qui a assassiner les maitres de l’histoire,

sur tous les trottoirs

 salut mon frère Matoub, salut ma sœur Iwal,

princesse des Aurès

nous aussi on vous a pas oublié,

toujours partant pour une mission,

afin d’offrir l’indépendance à nos patries respectives

dis salah qui est donc le voleur ?

état policier, débrouillé, dépolitisé

par les clients des banquiers suisses

on veux tu encore ?

oui salah !

francisés avant de se s’arabiser,

demain se feraient lyncher

par les brasiers des mépriser

alors tu as compris ?

oui on recule, recule

on veut encore reculer, mais on est acculer,

plus de place pour circuler,

au bord du gouffre on est stationné.

aujourd’hui le président a vie a posé une pierre,

coupé une lierre,

il est applaudi par didi.

traite le peuple de fainéant,

mécontent, ne trouve son portrait mignon.

jure de sévir à l’avenir,

ou de partir sans jamais revenir

amen !!!

Dis moi salah vu r-wayah que pense-tu du président ?

c’est un populiste, jamais avare de parole hitiste,

toujours fatiguer de parler des figuiers,

apprécier guère qui les plante.

ce sont de mauvaises plantes.

il s’énerve à tout va,

surtout lorsqu’il entend avava.

entend : anavad ou mak, il jure de décorer le militaire

comme tu sais :

il réside à mouradia,

demeure méconnu de wardia,

la rose des iwadiya,

tu sais celle qui est belle comme tizir nus-vah

dont le mari boycott chachiya et son dindin

vote toujours aya à la hogra.

laisses-moi te dire une vérité :

depuis l’in-dépendance,

c’est toujours l’éternelle dépendance,

théorisé par le discours, indigne des cours…

la réalité mon petit la voilà :

ni invention, ni création, nulle découverte scientifique

kar-sum an-zuk iyus

perpétuellement à faire du stoppe à l’occident,

le supposé mécréant,

pour lui quémander de quoi satisfaire les dents.

une fois la ponce bien remplit,

la tasse de thé sur la table :

le vieux discours puant le moisie enflamme le débat.

colonisation, colonisation

pleurnicheuse oublieuse, pleurnicheuse oublieuse :

espagne, portugal,

pleurnicheuse oublieuse, pleurnicheuse oublieuse :

afrique du noird, egypte.

ihi adarnuy nay dayun ?

Arnud a Dda salah vu-r-wayah.

regarde bien où résident les peuples persécutés,

prisonniers des fous à lier,

qui les ont spolié.

ils savent comment nier,

lorsqu’ils sont pris,

la main dans le panier.

il ne redoutent personne,

si un ennemi sonne à la porte,

l’occident lui casserait les dent.

ayun à Dda Salah ?

intérêt géostratégique, petrologique,

tous ça mon petit associé nous voilà dans l’ire de temnyichologique.

qui ne veut finir en asile ne cherche logique.

bienvenue dans la galaxie où le président est « élu » à 99,99 % et à Vie.

qui sort des rangs,

sa vie durant,

le pisteront, les serviteurs du de qui a plein d’euro,

qui le jetteront, mourant,

menace, à la vue des rangs sans rond

pour servir de ciment

au mauvais roman.

 Le recule n’a pas encore donné son avis pour le rendre mieux mieux…

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci