• Accueil
  • > Actualité
  • > « Le siècle identitaire – la fin des Etats post-coloniaux ». Nouveau livre de Ferhat Mehenni

« Le siècle identitaire – la fin des Etats post-coloniaux ». Nouveau livre de Ferhat Mehenni

le siècle identitaireLe président du Gouvernement provisoire de Kabylie (GPK-l’Anavad), Ferhat Mehenni est sur le point d’éditer un nouveau livre intitulé « Le siècle identitaire – la fin des Etats post-coloniaux ».
Ce livre enrichissant avec une analyse perspicace retrace la genèse des indépendances des pays du tiers-monde qui adoptèrent presque à l’unanimité les mêmes régimes politiques que les ex puissances coloniales. Ferhat Mehenni explique alors que les peuples demeurent ainsi écrasés par les nouveaux Etats construits sur le même modèle que l’ancien. Ces peuples notamment les « minorés » souffrent donc du même traitement et qu’il n’y aurait eu en fait aucun changement pour eux. C’est le cas notamment du peuple kabyle. M. Mehenni qui présente un exposé historique d’une très grande clarté prédit la chute de ces Etats qui n’ont jamais eu le désir de libérer effectivement leurs peuples en donnant à chacun son droit à la liberté et à l’existence.
Pour lui, le problème par exemple algérien ne se résume pas à une question de pouvoir politique comme tentent le prouver les partis politiques kabyles, mais qu’il soit dans la nature même de l’Etat algérien. Le livre édité à Michalon et préfacé par le journaliste français Roger Kaplan sera sur les étales à compter du 18 novembre 2010.

Le Montagnard

Quatrième de couverture

Cinquante ans après la décolonisation, les anciens pays colonisés sont toujours dans l’ornière. À de rares exceptions près, ils n’ont su tirer profit de leur indépendance ni sur le plan économique, ni sur le plan politique. Ce ne sont pas les compétences de leurs dirigeants qui sont en cause, mais la nature même de ces États. Coloniaux ils sont nés, coloniaux ils demeureront jusqu’à leur extinction. Et nulle part cette tare originelle n’est aussi visible que dans le rapport qu’ils entretiennent avec les peuples qu’ils abritent, devenus dans l’imaginaire colonial des “minorités ethniques” dont aujourd’hui encore l’existence est bafouée.

Il est urgent de passer à autre chose. Non pas en exportant, de force, la démocratie, comme ont voulu le faire les Américains en Irak, mais en admettant dans le concert des nations les peuples qui aujourd’hui luttent pour leur indépendance. Les pays issus de la colonisation ont déjà commencé à se disloquer. Ils vont donner naissance à d’autres pays, plus nombreux. On peut s’effrayer de cet émiettement qui, pour les tenants du statu quo géopolitique, va engendrer l’anarchie et le chaos. Pas de panique ! Si un peuple éprouve le besoin de son indépendance, au nom de quoi va-t-on l’en empêcher ?

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci