La langue est en danger, 1er partie

langue.jpg

Par: Mourad Sadi  

La langue  Kabyle est notre principal moyen d’expression. Elle est une importante part de notre identité. La domination de la langue arabe met en danger la promotion de celle-ci.

La langue et la culture ont constitué à travers l’histoire le fondement de l’identité. La langue et l’identité sont intimement liées, c’est par la langue que nous existons et que nous nous exprimons. Elle préserve le savoir, la connaissance, les coutumes et les traditions développés au fil des siècles par les locuteurs (celui qui la parle).

La disparition d’une langue est une terrible perte pour sa communauté, car c’est la perte d’un élément irremplaçable permettant de comprendre la vision de cette communauté.

Quand la langue se réduit, (exemple « salam » ou lieu d’  « azul »), elle commence à se « fossiler »  jusqu’à disparaitre progressivement ; toute la culture transmise ainsi  par des générations se fige. Alors le peuple perd son monde symbolique et perd le sens de la terre sur laquelle elle vit.

« La langue est la première communauté de l’homme, elle est plus profonde que les états et les conjonctures politiques » disent les linguistes.

La langue donne son identité à un peuple et sa perte entraine la disparition de l’histoire, des savoirs de la culture vivante de celui-ci.

La langue maternelle est transmise grâce à un oral ininterrompu et elle s’est faite de génération en génération et c’est la famille qui en assure la passerelle.

La langue et l’école :

Souvent on condamne le système scolaire sur l’échec de l’évolution d’une langue. L’école à elle seule ne peut suffire à assurer la  survie d’une langue. La famille influe fortement sur l’utilisation. Elle creuse un sillon affectif profond dans la pratique linguistique de la langue.

Elle est encore plus urgente en Kabylie, vu que les programmes de télévision ne sont pas en langue kabyle et que les très rares dispensés sont plus faits pour dénaturer le kabyle lui-même en l’arabisant.

L’influence, donc de la famille est plus notable que l’école. Même si au cours de l’enfance, l’influence de l’école est importante, à l’adolescence elle s’effondre et c’est sur l’empreinte affective de la famille que s’appuie la pratique linguistique des jeunes (la quête du repère indispensable à l’évolution de la personne).

En Kabylie, outre les universités démunies, la culture du sentiment de culpabilité par la saleté, l’implantation exagéré de mosquées interfère avec le lien affectif de la langue tissé par la famille, provoquant un grand remous au sein de la société kabyle.

Le rôle de la famille est alors plus urgent. La clé se trouve donc dans la génération des adultes qui lient l’amour et la langue, cela permet ainsi de laisser une empreinte profonde chez la descendance.

Ne pas utiliser  la langue à la maison revient à la condamner à mort en plus de la perdition de l’identité du nouveau adulte.

DIVERSITE LINGUISTIQUE

Chaque année, 10 langues disparaissent, en moyenne dans le monde et le processus s’accélère du fait de la mondialisation économique. Dans certains pays dictatoriaux, cela permet de maintenir les régimes en étouffant par la normalisation, les communautés linguistiques spécifiques.

Certaines langues sont au point de non retour et d’autres comme le kabyle, sont à la croisée des chemins.

Quand une langue n’est pas la seule à être utilisée dans son environnement proche, les locuteurs doivent décider de la langue qu’ils doivent transmettre à leurs descendants ; soit celle qui vient de l’extérieur c’est-à-dire l’arabe au détriment de la sienne soit combattre cette situation, mais cela ne veut pas autant dire qu’il faut tourner le dos aux autres langues.

Donc le processus de disparition des langues et des cultures se produit sous nos yeux et la Kabylie est directement concernée. Nous devons prendre des mesures efficaces pour combattre ce phénomène.

Nous retiendrons de ce chapitre l’importance que doit jouer la cellule familiale dans la volonté de transmettre la langue. Nous reviendrons lors des  prochains écrits sur comment  sauvegarder et promouvoir la langue….

                                                 M. S (inspiré de l’expérience basque)  

1ere partie. (à suivre…) 31/10/2010

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci