RCD et MAK marquent l’événement à Béjaïa

Le 30e anniversaire du Printemps berbère a été marqué, hier, par une faible mobilisation des marches auxquelles avaient appelé le RCD, le MAK et la Coordination estudiantine, proche du FFS. La marche du RCD, entamée vers 10h, depuis l’esplanade de la Maison de la culture, vers le siège de la wilaya de Béjaïa, fera effet boule de neige, grossissant au fur et à mesure ses rangs tout au long de son itinéraire. Les manifestants, répartis en carrés, emprunteront le boulevard de la Révolution, tout un symbole, vers le carrefour d’Aâmriw, puis la rue de la Liberté.

Brandissant des banderoles et autres pancartes aux couleurs du RCD et portant des slogans hostiles au pouvoir, les marcheurs n’ont cessé de scander à tue-tête des mots d’ordre rappelant les revendications du Mouvement culturel berbère, tels que “Assa, azekka, tamazight tella, tella” ; “Mazalagh d-Imazighen” ; “Pouvoir assassin” ; “Tamazight, langue nationale et officielle”…

Une délégation de la direction nationale du RCD, composée du chef de groupe parlementaire Boubkeur Derguini, et MM. Rabah Boucetta, Mohcine Belabbès, Nadir Hammouche et Atmane Mazouz, respectivement secrétaires nationaux et députés, a conduit la tête de la marche. Laquelle marche a été marquée par l’adhésion des maires, élus locaux et autres cadres et militants du parti.

Prenant la parole sur la terrasse de l’immeuble abritant les services de la Drag, le président du bureau régional du RCD de Béjaïa, Réda Boudraâ, reviendra sur le long parcours du combat identitaire déclenché un certain 20 avril 1980. “Nous devrons rester mobilisés et continuer à nous battre pour arracher l’officialisation de notre langue maternelle.

La réussite de cette manifestation dénote notre mobilisation et notre détermination pour la poursuite du combat jusqu’à l’aboutissement de nos revendications légitimes”, lancera l’orateur à l’adresse de la foule compacte rassemblée devant l’entrée principale du siège de la wilaya. Celle-ci sera ensuite invitée à se disperser dans le calme. Par ailleurs, la marche organisée par le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) a, pour sa part, drainé des centaines de manifestants qui ont battu le pavé depuis l’université de Targa Ouzemmour de Béjaïa vers le siège de wilaya. Tout au long de l’itinéraire de la marche, les manifestants n’ont pas cessé de scander haut et fort les slogans favorables à l’autonomie de la Kabylie. Si le Mouvement a pu ratisser large dans la région, c’est que ses structures ont été mises en branle depuis longtemps, notamment du côté de l’université de Béjaïa, point de départ de la marche.

En effet, la veille de la manifestation déjà, les préparatifs de la marche ont fait l’objet d’une réunion du comité universitaire du MAK de Béjaïa. Dans son appel à la marche, ledit comité souligne que “les revendications portées par les milieux politiques kabyles se fixent et se standardisent dans une revendication conceptuelle et idéaliste appelée communément “tamazight”, qui empêche l’émergence d’une vraie alternative pour le peuple kabyle”.

La dernière marche, initiée par la Coordination des comités de cités, que d’aucuns disent proche du FFS, a été marquée par une faible mobilisation. L’important pour ses initiateurs était de marquer le coup et de célébrer le 30e anniversaire. Une célébration qui se déroulait en rangs dispersés.

KAMEL OUHNIA / L. OUBIRA

Liberté

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci