DECLARATION DE TIFRIT

DECLARATION DE TIFRIT

Quelques 60 personnes se sont réunies le 14 avril 2006 à Tifrit, près d’Akbou. Ils se sont penché sur la situation que vivent celles et ceux qui subissent l’Etat algérien.  Leurs discussions ont conclu sur la nécessité de « refondation de l’Etat national en dehors de la conception uniciste et centralisée constitue l’unique voie pour l’édification d’un projet démocratique ». Ils prévoient aussi l’organisation d’une rencontre « régionale » à laquelle sont invités l’ensemble des acteurs notamment politiques….

La lutte séculaire pour les libertés en Algérie a connu différentes phases avec leurs lots de réussite et d’échec.

Région phare dans le combat pour la liberté et la démocratie, la Kabylie est plongée, aujourd’hui, dans une insécurité totale faite de violence politique, de violence sociale et, phénomène nouveau, l’utilisation de la délinquance comme arme politique.

Le moment est grave ! Les citoyens de ce pays sont en train d’assister à la consécration et la finalisation de l’alliance stratégique entre les tenants du système et l’arabo-islamisme.

Cette alliance qui assume l’extinction de la vie publique, la privatisation de l’Etat et des richesses nationales, s’attelle à étouffer le projet démocratique et moderne, avec la complicité de la communauté internationale dont l’indifférence n’a d’égale que le volume des échanges commerciaux avec le régime en place. Les élites de cette région, en symbiose avec la population ainsi que toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans le projet démocratique, sont interpellés par la gravité de la situation.

Elles se doivent d’assumer, pour préserver l’avenir de nos enfants dans la paix et la dignité, la ligne de démarcation idéologique, politique et territoriale, désormais nette, avec les tenants de l’Algérie militaro arabo-islamique.

La rupture avec la conception jacobine de l’Etat, prolongement du colonialisme français, qui a englouti l’espérance démocratique et enfanté cette alliance, est une exigence historique stratégique.

Les expériences du combat pour la démocratie et la modernité, que cela soit à travers les partis politiques ou d’autres formes d’organisation tels les mouvements, forums et rassemblements, dans le cadre du système institutionnel actuel, ont échoué.

La résistance puis le redéploiement du projet démocratique passe, d’une part, par la consolidation de la région sociologiquement et politiquement apte à le porter et, d’autre part, par le rassemblement de l’élite politique, culturelle et économique afin d’élaborer la ou les formes d’organisation à même de produire l’efficacité politique nécessaire à son aboutissement.

La refondation de l’Etat national en dehors de la conception uniciste et centralisée constitue l’unique voie pour l’édification d’un projet démocratique.

Nous, signataires de cet appel, invitons l’ensemble des acteurs politiques, des militants des droits de l’homme, des syndicalistes, des militants de l’amazighité, ainsi que toutes les citoyennes et tous les citoyens soucieux de préserver l’avenir de nos enfants dans la paix, dignité et le progrès à une rencontre régionale où seront mises à contribution l’ensemble des bonnes volontés. Un comité de suivi en assurera la préparation.

Sources

Commentaires

  1. Amazigh dit :

    Azul.
    A l’instar de « Arezki u Lbachir », Un document sur « Ahmed Oumeri,Le bandit d’honneur » serait le bienvenu.
    Afud igarzen.

Laisser un commentaire

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci