Constat : en une année, la popularité du MAK a doublé

Marche MAK à Tizi OuzouUn constat qui ne souffre d’aucune ambiguïté. Le mouvement MAK qui lutte pour l’autodétermination de la Kabylie a doublé ses effectifs en une année. Les impressionnantes marches de ce 20 avril le démontrent. Des milliers de marcheurs toutes catégories mais surtout les jeunes garçons et filles et les étudiants. Ces couches sociale sont issues souvent des couches moyennes adhèrent à l’idée d’une Kabylie libre.

Nombreuses raisons font que le MAK a enregistré un haut niveau de mobilisation à Paris et en Kabylie. On peut citer l’énorme travail de proximité et international que fait le MAK dont le plus spectaculaire et la figuration de la question kabyle dans le débat de l’AG de l’ONU. Il y a aussi sa posture de dissident notamment avec les intimidations récurrentes, la perte de confiance dans les partis traditionnels et le mépris de l’État algérien confirmé par la dernière Constitution.

Mais il y a plusieurs autres raisons notamment extérieures. La grande réussite de la marche du GPK à Paris, la vague de terrorisme qui s’abat sur le monde, le contexte international avec les épisodes catalan, écossais, azawad ou encore kurde ainsi que ‘échec des printemps arabes a aussi joué un rôle dans la conviction de beaucoup de Kabyle sur l’impossibilité de construire des institutions démocratiques dans les sociétés arabo-musulmanes.

Le mobilisation du MAK quoique camouflée par la presse algérienne a complètement effacé le RCD qui s’était précipité à prendre les devants de l’itinéraire.

Il est clair que le MAK demeure la première force politique en Kabylie. Mais il est confronté aux difficultés d’un mouvement non reconnu qui subi les agressions de toute part. 

PHOTOS : les femmes Kabyles séduites par le MAK

femme kabyle MAK

Comme à Paris, une importante présence des femmes kabyles a été observée dans les marches du Mouvement souverainiste kabyle, le MAK à l’occasion du 20 avril.

Le projet d’autodétermination du MAK séduit de plus en plus les femmes kabyles avides d’égalité et de droits, aujourd’hui prisonnières dans le Code de la famille algérien basé sur la Charia.

Le mouvement souverainiste kabyle consacre en effet l’égalité homme-femme dans la future Kabylie libre.

  g   zzzzzzzzzzzzzzz  zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz zz o oo ooozzzzzz

Mega-marche du MAK à Tizi-Ouzou !

marche mak tiziLe Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) a dépassé les pronostics en ce 20 avril 2016. Le succès de la marche de Paris organisée le 17 avril n’était en fait qu’un avant-goût de celle du 20 avril en Kabylie.

La mobilisation était importante. Ce 20 avril prouve que le MAK est de très loin le seul adversaire crédible capable de tenir tête au régime algérien. Des dizaines de milliers de manifestants dont de très nombreuses femmes ont fait leur choix de confier au MAK la destinée du combat kabyle, après les déceptions profondes qu’ont engendré les partis algérianistes tombés dans les divisions et les affaires de corruption.

A Tizi-Ouzou particulièrement, la rue est remplie des nationalistes kabyles aux couleurs bleu, jaune, rouge du drapeau de la Kabylie.

zzz zzzz

 

20 avril 2016 : le MAK gagne largement la rue à sa cause !

Marche du MAK 20/04/2016Des dizaines milliers de marcheurs partisans de la Kabylie libre ont convergé vers Tizi-Ouzou, Bejaia et Bouira pour revendiquer l’autodétermination de la Kabylie. Ainsi, malgré les répression et les campagnes de désinformation et de récupération, le MAK a réussi à gagner la confiance des Kabyles par la crédibilité son projet mais aussi par celle ses militants désintéressés par la rente. A tizi-ouzou notamment, le MAK frappe fort !

Bien que le RCD avec rompu la tradition en se positionnant devant la grande marée humaine du MAK pour imposer les drapeaux algériens et dont les médias algériens se feront un plaisir de gonfler, la réalité ne pardonne pas.

La grande marche du MAK a dû être retardée d’une demi heure. Le succès du MAK joint ainsi la grande mobilisation de la diaspora kabyle lors de la marche de Paris, le 17 avril dernier pour réclamer l’indépendance de la Kabylie.

Paris : forte présence des femmes à la marche des indépendantistes Kabyles

vElle étaient des centaines à répondre à l’appel pour une Kabylie libre. Les femmes Kabyles étaient très nombreuses à la marche de Paris, à laquelle avait appelé le Gouvernement provisoire kabyle (GPK) ce 17 avril.

Le projet d’autodétermination du MAK séduit de plus en plus les femmes kabyles avides d’égalité et de droits, aujourd’hui prisonnières dans le Code de la famille algérien basé sur la Charia.

Le mouvement souverainiste kabyle consacre en effet l’égalité homme-femme dans la future Kabylie libre.

La marche des nationalistes Kabyles avait drainé une très nombreuse foule de la Bastille à la place République réclamant l’indépendance de la Kabylie.

Paris : forte mobilisation des nationalistes Kabyles

oLa manifestation qui a démarré de la Bastille vers la place République a connu une forte participation de Kabyles dont le message était clair : l’autodétermination de la Kabylie.

C’est à l’appel du « Réseau Anavad », organisme qui dépend du Gouvernement provisoire kabyle (GPK) que la diaspora kabyle a convergé ce dimanche 17 avril 2016 vers la Bastille. Munis de drapeaux kabyles et amazighs et des banderoles indépendantistes, les manifestants dont beaucoup de femmes ont arpenté les rues de Paris pour exprimer leur marasme face à l’Algérie qui les colonise et les assimilent et exiger un référendum d’autodétermination. Malgré l’annonce de pluies, les Kabyles étaient très nombreux à venir manifester . Ils étaient venus des quatre coins de la France.

Un meeting a été observé à la place République où le président du Gouvernement provisoire kabyle M. Ferhat Mehenni a réitéré la volonté de la Kabylie d’aller de l’avant vers sa liberté. Il a appelé les Kabyles à l’union et à envahir les villes de Kabylie pour les marches du MAK prévues ce 20 avril.

Paris : forte mobilisation des nationalistes Kabyles

oLa manifestation qui a démarré de la Bastille vers la place République a connu une forte participation de Kabyles dont le message était clair : l’autodétermination de la Kabylie.

C’est à l’appel du « Réseau Anavad », organisme qui dépend du Gouvernement provisoire kabyle (GPK) que la diaspora kabyle a convergé ce dimanche 17 avril 2016 vers la Bastille. Munis de drapeaux kabyles et amazighs et des banderoles indépendantistes, les manifestants dont beaucoup de femmes ont arpenté les rues de Paris pour exprimer leur marasme face à l’Algérie qui les colonise et les assimilent et exiger un référendum d’autodétermination. Malgré l’annonce de pluies, les Kabyles étaient très nombreux à venir manifester . Ils étaient venus des quatre coins de la France.

Un meeting a été observé à la place République où le président du Gouvernement provisoire kabyle M. Ferhat Mehenni a réitéré la volonté de la Kabylie d’aller de l’avant vers sa liberté. Il a appelé les Kabyles à l’union et à envahir les villes de Kabylie pour les marches du MAK prévues ce 20 avril.

 

La diaspora kabyle mobilisée pour la marche du 17 avril à Paris

iLa diaspora kabyle et les amis de la Kabylie sont appelés à participer massivement à la marche du dimanche 17 avril à 14h00 entre les places Bastille et République à l’occasion de la double commémoration du printemps amazigh de 1980 et du printemps noir de 2001.

L’ppelle est signé par le « Réseau Anavad » relevant du Gouvernement provisoire kabyle (GPK).

L’on s’attend à une forte participation pour revendiquer l’autodétermination du peuple kabyle.

Plusieurs invités étrangers et amazighs soutenant le MAK seront de cette marche.

Le MAK quant à lui compte envahir les rues de Kabylie le 20 avril prochain pour exiger un référendum d’autodétermination de la Kabylie.

 

 

 

Le MAK est mieux renseigné sur le régime algérien que le régime sur le MAK

congrès du MAKLe MAK connaît les intentions du régime algérien mais le régime ignore celles du MAK. La principale leçon à retenir dans cet épisode du congrès du MAK est que le MAK a bien roulé dans la farine le pouvoir algérien. Face au manque de renseignements, aggravé par les manœuvres des militants du MAK qui ont annoncé plusieurs endroits pour tenir le congrès, le régime n’a pas trouvé de solution pour empêcher le mouvement souverainiste kabyle de réussir cet important rendez-vous.

Frustré, le régime décide de barricader la Kabylie par des barrages de police et de gendarmerie. Son espoir est que le MAK se retrouve avec quelques personnes au congrès. Ce qui constituerait une humiliation pour ce mouvement.

Pourtant, les congressistes étaient très nombreux à converger vers le lieu du congrès à At Zellal, endroit tenu secret. En tout, 848 délégués étaient présents ! Alors que le régime n’a pu arrêter que quelques 200 personnes. Comment donc un régime aussi présent en Kabylie n’a pas pu déterminer exactement le lieu du congrès ?

En revanche, à voir comment le MAK a réagi, on comprend très aisément qu’il a eu au préalable des renseignements sur les intentions du régime d’empêcher la tenue du congrès.

Cette épisode du congrès du MAK nous renseigne sur trois choses :

- Que le MAK connaît les intentions des autorités algériennes et pas l’inverse.

- Que le MAK n’est pas infiltré.

- Que les services algériens aussi performants soient-ils, trouvent des difficultés à évoluer en Kabylie.

 

Kabylie : vaste opération de « désarabisation » des plaques de signalisation

TazaLa décision prise par le comité de village de Taza (Larbaa Nat Iraten) de supprimer la langue arabe sur les plaques de signalisation au profit de tamaziɣt et du Français a été suivie par de nombreuses localités de Kabylie.

Bien que ces opérations datent depuis les événements du « Printemps noir » en 2001, où on barrait anarchiquement les lieux indiqués en arabe, cette nouvelle campagne se fait dans les règles de l’art.

Des localités comme Tifra ou encore At Mɛuc dans la wilaya de Béjaïa, Raffour à Bouira et d’autres localités à Tizi-Ouzou ont suivi l’exemple. Un phénomène qui risque de se propager comme une traînée de poudre. Ceci en réponse aux nouvelles dispositions de la Constitution algérienne qui fait des Kabyles des sous-citoyens.

La décision du village de Taza a fait beaucoup de bruit au point où la chaîne BRTV en a consacré un espace dans son édition du 20h00.  (lire la suite)

12345...91

Le Tallud 79200 |
momema |
Yves HUSSON - Conseiller gé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine
| J'aime les chevaux
| une guerre sans merci